Way Of Life

14 Avril 2021

Mechichi se tape la TAP

Mechichi se tape la TAP

La liberté d’expression est plus que jamais menacée en Tunisie. Nous l’avons déjà constaté et souligné à de nombreuses reprises, notamment avec la répression policière et l’arrestation arbitraire de la militante Rania Amdouni. Mardi 13 avril 2021, le gouvernement est passé à la vitesse supérieure en s’attaquant à une autre liberté fondamentale et à un acquis indiscutable de la Révolution : la liberté de la presse.


Dans les coulisses politiques, plusieurs facteurs expliquent ce qu’il se passe aujourd’hui, mais n’allons pas entrer dans des détails qui pourront vous saouler. Nous allons juste revenir sur la volonté manifeste du gouvernement de mettre la main sur les médias publics. Récemment, la Kasbah a désigné Kamel Ben Younes à la tête de l’agence Tunis Afrique Presse (TAP). D'ailleurs on cherche encore pourquoi Mme Mouna Mtibaa l'ancienne dirigeante de la TAP a été démise de ses fonctions Si vous pensez que ce gouvernement est capable de nous donner des réponses et de s'expliquer sur ses dé/nominations... arja3 ghodwa. Bref, cette récente nomination a été largement rejetée par les consoeurs et les confrères de l’agence.
Si le premier ministre est en droit de nommer qui il veut, dans les faits, le choix du profil nommé reste tout de même déterminant sur la direction que l'on souhaite donner à l'institution. C'est justement ce point précis qui pose soucis.

Des violences policières dans un organe de presse

Le même Kamel Ben Younes est également connu pour avoir collaboré et cautionné un régime de dictature. Pourtant, le gouvernement l’a désigné et il a voulu le faire par la force ce mardi 13 avril 2021. Les forces de l’ordre sont, en effet, entrées dans l’enceinte de l’agence TAP pour mettre fin au sit-in des journalistes et imposer la nomination de Si Kamel Ben Younes. Finalement, ce dernier a dû être évacué par une porte secondaire du bâtiment (el béb él tiléni).

Des journalistes ont été violemment agressés hier, comme on le voit sur la photo ci-dessous. Malgré ce scandale - une honte pour plusieurs observateurs -, le gouvernement s’accroche bec et ongles à la nomination de Kamel Ben Younes à la tête de la TAP. “Pas question de revenir sur sa désignation”, affirme-t-on à la Kasbah.

Une volonté manifeste de mettre la main sur les médias publics

Au fil des mois, le gouvernement de Hichem Mechichi a multiplié les gaffes et les bavures visant la jeunesse, les libertés fondamentales et, à présent, la presse. Existe-il une volonté de mettre la main sur les médias publics ? Tout laisse penser que c’est le cas. Outre la TAP, il y a aussi Shems FM qui est, rappelons-le, une entreprise confisquée après 2011. Depuis un mois, nos confrères y observent un sit-in pour protester contre la nomination, encore par le gouvernement, de la journaliste Hanen Ftouhi à la tête de la radio. Or, il aurait fallu désigner un administrateur compétent pour gérer un tel dossier.

Là encore, le gouvernement ne veut rien entendre et continue de faire la sourde oreille aux revendications des journalistes de Shems FM. Il faut, aussi, rappeler que les protestataires n’ont pas été payés juste parce qu’ils sont hostiles à la nouvelle direction controversée de la radio comme l'a rappelé à la matinale le journaliste Hamza Balloumi.

Cela en fait des bavures et des violations. Plus que jamais, les libertés individuelles et la liberté de la presse sont menacées en Tunisie. Le gouvernement Mechichi agit-il par incompétence et méconnaissance des profils de gens ou par la volonté de contrôler les médias ? Dans les deux cas, la situation est grave.
 
 F.Khlissa

Après l'assassinat de Refka Cherni, peut-on encore faire ...

L'assassinat de Refka Cherni a suscité l'émoi et l'indignation parmi les ...

Refka Cherni : Victime d'un pays qui ne protège pas ses ...

C’est un crime qui a secoué le coeur des Tunisiens, où qu’ils soient : Refka Cherni, une ...

Hichem Mechichi annonce un confinement à partir du 09 au 16 mai

Dans une conférence de presse tenue ce matin du 07 Mai 2021 à 10h25, pour une fois en avance, le ...

En Tunisie, l’étouffement de la jeunesse tunisienne se poursuit

Chaque jour apporte son lot de surprises en Tunisie et une fois encore, on s’aperçoit à quel ...