Way Of Life

16 Février 2021

La relation Kais Saied-Hichem Mechichi expliquée pour les nuls

La relation Kais Saied-Hichem Mechichi expliquée pour les nuls

Aux dernières nouvelles, eli sayer fel bled relève d’un conflit institutionnel que la Tunisie n’a jamais connu depuis ces 20 dernières années. Le bras de fer entre le président de la République, Kaïs Saïed, et le Chef du gouvernement, Hichem Mechichi, s’intensifie et semble avoir pris de nouvelles ampleurs. Men ghir me nodekhlou fi les détails politiques : barcha hsebet de bas niveau et takssir ras. Simplifions un peu les choses.

 

Chkoun aandou el hak ?
Kaïs Saïed lorsqu’il refuse de recevoir les ministres soupçonnés de corruption pour la prestation de serment ? Ou alors Hichem Mechichi qui, récemment, a tenté un passage en force en limogeant 5 ministres ? En fait, personne n’a raison et personne n’a tort et pour cause : l’ambiguïté qui marque certaines dispositions de la Constitution de 2014.

Selon certains constitutionnalistes, à l’instar du professeur Kamel Ben Messoud, le Chef de l’État a l’obligation de recevoir les nouveaux ministres pour la prestation de serment, sans quoi cela constituerait une violation de la Constitution. D’autres, à l’exemple d’Amin Mahfoudh, estiment que l’article 89 du précieux document ne prévoit aucune disposition sur une telle obligation. Ma3net’ha el raïs ne reçoit le Chef du gouvernement et ses ministres pour la prestation de serment qu’après le premier vote de confiance.

Fi kol el ahwel, les experts metfehmin aala hajtine. Tout d’abord, l’absence de la Cour Constitutionnelle se fait plus que jamais ressentir. Ensuite, en l’absence d’un cadre légal et constitutionnel clair, la solution me tnajem tkoun ken politique. Yaani les deux têtes de l’Exécutif doivent trouver un terrain d’entente.

Et là, on n’est visiblement pas sorti de l’auberge. Kima fi belkom, pour contourner la prestation de serment, Hichem Mechichi, soutenu par son Coussin Politique, a choisi de limoger 5 ministres (Justice, Sports, Industrie, Domaines de l’État et Agriculture). Chose que le raïs n’a visiblement pas acceptée. En témoigne la mise scène “réalisée” par la présidence de la République mardi 15 février 2021, qui montrait Kaïs Saïed en train d’envoyer sa longue lettre de refus à Hichem Mechichi.

Bref, cela fait une belle sauce explosive. Un véritable règlement de comptes qui s’éternise. Fi wakt nafsou, twensa, kima el aada, meklin aala riouss’hom : pauvreté, insécurité, dettes, crise sociale… Chaque camp, du côté de la Kasbah, de Carthage et de Bardo, campe sur ses positions. Est-ce ce dont twensa hachet’hom lioum, compte tenu des crises qui s’abattent sur eux ? Pas sûr. Vivement 2024…
 
Fakhri K.

Prison pour Rania Amdouni : une claque pour la jeunesse et les ...

 La satence vient de tomber, lourde et sans appel : Rania Amdouni, artiste féministe de la ...

Tunisie | Un système autoritaire et conservateur en guerre contre sa ...

S’il y a bien quelque chose que l’on pensait réellement avoir acquise après la Révolution du ...

Comment augmenter la durée de vie de la batterie de ton smartphone ?

C’est sûr aandek smartphone nezel aalih avec les photos, la connexion, le chat, les appels, et ...

D'après la science, les femmes seraient naturellement ...

 Introduite en psychanalyse par Freud, à la fin du XIXème siècle

Les excuses à donner à son boss pour quitter le bureau plus tôt !

Car on est vendredi, qu'il fait moche et qu'on veut partir !