Auto & Sport

03 Septembre 2020

CrossFit : Un sport extrême et branché

CrossFit : Un sport extrême et branché

 © CrossFit La Marsa 

Joues rougies, cœur prêt à exploser… Torture ? Non, CrossFit ! Après avoir conquis la moitié de la planète, le dernier sport à la mode débarque en Tunisie et prouve une nouvelle fois que personne ne lui résiste. Avec autant d’atouts charme, on se demande pourtant ce qu’ils peuvent tous lui trouver. Hoa met le CrossFit à l’épreuve pour vous… Prêt à souffrir de plaisir ? 

 

  © CrossFit La Marsa /Anne Miller & Slim Medimegh  

Du sport sans machine 

A l’heure où l’image n’a jamais été aussi importante, notamment sur les réseaux sociaux, un sport fait pourtant exception : le CrossFit. Exit les Apollons qui font rougir de honte notre fidèle brioche abdominale…. Bye-bye les salles de sport flambant neuves aux machines rutilantes et miroirs dans chaque recoin. Non, le CrossFit, c’est pour les mecs, les « Vrais » ! Comprenez, ceux qui n’ont pas besoin de se faire des clins d’œil en soulevant de la fonte représentant le poids de leur père ET de leur mère réunis… Ceux qui veulent transpirer à grosses gouttes et sentir leur cœur au bord de leurs lèvres. Vous voyez le genre ? Enfin, ça, c’est ce que l’on s’est dit après un rapide tour sur Instagram ! En arrivant à la Box Crossfit la Marsa, une des deux box affiliées CrossFit® en Tunisie,  la première impression était à peine différente. Et pourtant… 

 

  © CrossFit La Marsa /Anne Miller & Slim Medimegh  


L'humain avant tout

 Le CrossFit, c’est presque ça, à quelques grosses nuances près. On pensait que c’était un sport de beaufs musclés et, finalement, bien au contraire, c’est un sport de successful people. Eh oui, pour avoir l’impression que vous allez mourir pendant une heure, il va falloir vous délester d’une belle petite somme car le Crossfit a la particularité d’être un sport collectif quasi sur-mesure pour chaque participant. C’est l’une de ses principales forces ! «On pratique en groupe réduit, 14 participants maximum (hommes et femmes de différents niveaux ), ce qui nous permet de corriger chacun d’entre eux, d’adapter le niveau de difficulté et de connaître leurs forces et leurs faiblesses pour les pousser à chaque instant à se dépasser », explique Foued, fondateur et Coach à la Box de la Marsa

 

  © CrossFit La Marsa /Anne Miller & Slim Medimegh  

 Un esprit d'entraide et de dépassement de soi

En le voyant, « encourager », traduire harceler, les participants du WOD du jour (Workout of Day = l’entrainement), on se demande quand même si c’est une vraie chance… Et pourtant, c’est ce qui séduit une grande partie des CrossFiteurs, comme Benoit, 31 ans. « Au début, tu pousses à fond, c’est dur. Les cinq premières séances, tu te demandes ce que tu fais là, mais tu es porté par le coach et le groupe qui t’encourage. Ça devient un plaisir car on voit l’évolution. On se rend compte que l’on est en meilleure santé ». C’est d’ailleurs un autre des points forts majeurs de ce sport : le côté global et santé. Avec le CrossFit, on travaille simultanément toutes les parties du corps et, ça, c’est une vraie rupture avec les pratiques de bodybuilding et fitness. En outre, les exercices sont différents à chaque séance ce qui permet d’éviter l’effet lassitude…. Un vrai point fort! 

 

 

  © CrossFit La Marsa /Anne Miller & Slim Medimegh  

Une communauté soudée 

Enfin, le CrossFit, c’est aussi et surtout une communauté qui s’entraide pour se dépasser. « Dans ce sport, les gens sont bienveillants. Personne n’est là pour se regarder ou frimer. On veut tous se surpasser et comme on ne peut jamais atteindre le sommet, il n’y a aucune limite. Le groupe est super important pour rester motivé car d’un côté, quand on rame, il nous aide à pas lâcher et quand on est au top, il nous pousse à aller plus loin. C’est l’idéal », explique Mehdi, 41 ans. Un savant mélange de douleur et de plaisir qui relève presque du masochisme mais ça, ça n’engage que nous ! 

Pour découvrir le CrossFit Rendez-vous à la Box de la Marsa !

 

  © CrossFit La Marsa /Anne Miller & Slim Medimegh  

 

Anne Sophie 

Le business du plaisir, épargné par la crise

L’ère est à l’entrepreneuriat. Mais par où commencer et quel serait le projet qui vous fera ...