Hoa مع Heya

21 Juillet 2020

Pourquoi dans les couples hétéros, c'est toujours l'homme qui conduit ?

Pourquoi dans les couples hétéros, c'est toujours l'homme qui conduit ?

 Conduire représenterait-il le socle de la virilité ? Il se pourrait que oui. En effet, de plus en plus de femmes hétérosexuelles délaisseraient le volant à leur conjoint. 

Chez Hoa, on a voulu y voir plus clair en remontant à la source du phénomène. 

 

Hommes au volant= sexisme triomphant ? 

Depuis la création de l'automobile, c'est-à-dire en 1769 par Joseph Cugnot, c'est l'homme qui conduit est pour cause. Dans son ouvrage coup de poing, Le Mythe de la Virilité, Olivia Gazalé attire notre attention sur "la forme explicitement phallique de la voiture" tout en rappelant " la sensation de surpuissance qu'elle procure à l'homme quand il conduit". Ces deux constatations étayent le fait que la conduite reste l'apanage de l'homme hétérosexuel puisqu'elle valide sa virilité. Mais ce n'est pas tout. 

Icône de la pop culture depuis la deuxième moitié du XXème siècle, James Bond est sans conteste l'emblème de la virilité grâce à la figure de la James Bond Girl, cette femme qui épouse les diktats de beauté dominants à une époque donnée et à sa voiture, un bolide surpuissant et ultra-rapide. 

Ci-dessus: Sean Connery  dans le rôle de James Bond Goldfinger (1964) avec la légendaire Aston Martin DB5

 

Ainsi, l'homme a toujours conduit pendant que la femme avait droit à la place passager. Et vous savez quoi ? Cette dichotomie est tellement ancrée en nous qu'on n'y réfléchit plus. 

 

Femmes au volant= railleries au tournant ? 

Souvent sous-estimée, quand une femme conduit, donc se réapproprie un espace à dominante "masculine", elle devient sujette à "des blagues" qui se teintent "de jugements" voire de "réflexions misogynes". Pour la psychologue Marie Axrelle Granier, même si les femmes "savent conduire", elles sont  prisonnières des stéréotypes et des étiquettes qui les bloquent. Ainsi ces jugements les poussent à capituler en laissant le volant à leurs maris. 

 

Et donc ? 

Les relations de couple ne doivent plus être manichéennes. Pourquoi ne pas alterner la conduite ? Une fois fatigué, le mari peut donner le volant à sa partenaire et inversement. Tout comme on a réussi, après moult tentatives, à se départager -quelques fois- les tâches ménagères, on pourrait se départager le frein à mains, n'est-ce pas ? 

 

Fatma SG