Way Of Life

10 Mai 2021

Après l'assassinat de Refka Cherni, peut-on encore faire confiance à la police ?

Après l'assassinat de Refka Cherni, peut-on encore faire confiance à la police ?

L'assassinat de Refka Cherni a suscité l'émoi et l'indignation parmi les Tunisiens. Son mari, pour information, est un fonctionnaire de l'État qui travaille dans la police, ce qui ne fait qu'aggraver les choses et nous amène, inévitablement, à nous poser une question cruciale : après ce sanglant épisode, peut-on encore se fier à nos policiers ?

Les bavures policières ne constituent pas une nouveauté en Tunisie. Alors qu'on pensait qu'elles allaient prendre fin après 2011, les choses se sont aggravées, notamment depuis l'arrivée de Hichem Mechichi au pouvoir, soutenu par Ennahdha - il est à la fois Chef du gouvernement et ministre de l'Intérieur par intérim -. On se souvient encore de la répression des manifestations de la jeunesse tunisienne qui a marqué l'hiver 2021.

L'assassinat de Refka Cherni par son mari policier est un signal d'alarme qu'il ne faut pas ignorer. Policier de profession, l'époux a utilisé son arme pour tirer sur sa victime à 5 reprises. Le simple fait qu'il se serve de son arme en dehors de ses fonctions constitue déjà un grave danger. Des commentaires plutôt discutables ont soutenu le policier. "Il faut prendre en compte la pression qu'il subit à son travail". Or, un agent de l’ordre n’est-il pas censé être un exemple en matière de maîtrise de soi ?

 

Comment se fait-il que l’on accorde des armes à des policiers visiblement peu fiables et qui constituent, par conséquent, un danger pour autrui ? Il ne s’agit pas, bien entendu, de mettre tous les policiers dans le même sac. Cependant, un policier qui a osé brandir une arme devant son épouse pour la tuer est parfaitement capable d'agir de la même sorte face à un simple citoyen, sur un simple coup de colère ou que sait-on encore.

 

A l'heure actuelle, aucune réaction n'a été faite par le ministère de l'Intérieur sur cet assassinat, encore moins par le Chef du gouvernement, Hichem Mechcihi, qui assure l'intérim à la tête du département sécuritaire. Or, cela aurait été la moindre des choses compte tenu de l'atrocité des faits, sachant que c'est un sécuritaire qui est directement impliquée.

Fakhri Khlissa

Tunisie | Un premier ministre à l'ouest et un pays à la dérive

Crise économique, crise sanitaire, violences policières, passivité politique...pendant longtemps ...

Les Meilleures Innovations En Matière De Tech Et De Jeux En 2021

De nombreuses innovations sont faites constamment pour améliorer notre vie, et ce de nombreuses ...

Bonne nouvelle : Le restaurant Seaside de l'hôtel TUI Blue ...

On en parlait déja l'an dernier, le restaurant Seaside de l'hôtel TUI Blue Oceana nous ...

BMW COLLECTION, les BMW Série 2, Série 3 et Série 5 proposées en ...

Marquée par son exclusivité et son design unique, l’Edition BMW Collection offre une panoplie ...