Hoa مع Heya

10 Mai 2021

Refka Cherni : Victime d'un pays qui ne protège pas ses citoyens

Refka Cherni : Victime d'un pays qui ne protège pas ses citoyens

C’est un crime qui a secoué le coeur des Tunisiens, où qu’ils soient : Refka Cherni, une jeune femme de 26 ans, a été abattue par son époux au Kef. Policier de profession, celui-ci lui a tiré à 5 reprises, dont 3 balles qui lui ont causé des blessures graves. Transportée à l’hôpital régional du Kef, la jeune femme a fini par succomber à ses blessures. Retour sur une affaire qui remet au goût du jour un problème de fond, mais qui ne bénéficie nullement de l’attention requise : les violences faites aux femmes et le féminicide.

 

 

Elle n’avait que 26 ans, à la fleur de l’âge et avec son enfant, elle avait toute la vie devant elle : Refka Cherni a succombé aux blessures que lui a infligé son mari avec son pistolet. Sur Hoa, comme c’est le cas pour de nombreux activistes de la société civile, nous n’avons eu cesse de sensibiliser sur l’urgence de la situation des femmes victimes de violence en Tunisie. D’ailleurs, sur les réseaux sociaux, nous avons lancé une campagne en partenariat avec l'association Beity pour sensibiliser l’opinion publique dans l’espoir de faire réagir les autorités - on vous invite à visionner la série de vidéos publiées sur Facebook et Instagram -.

 

Refka n’est ni la première, ni la dernière victime du féminicide

Revenons à Refka Cherni. La jeune défunte n’est ni la première, ni la dernière victime des violences conjugales et du féminicide en Tunisie. Ce n’est pas la première fois que son mari l’agresse et la maltraite. Récemment, elle a porté plainte contre lui. C’est ce qu’a précisé le porte-parole du Tribunal de Première Instance du Kef.

 

 

L’homme, qui est un policier, a tiré sur son épouse à 5 reprises, mettant fin à sa vie. Il a aussitôt été arrêté. Il est clair que l’accusé doit faire l’objet des sanctions exemplaires. Seulement, cela ne rendra pas Refka à la vie, encore moins aux autres femmes qui ont été victimes de violence. En d’autres termes, la problématique doit être traitée à la racine.

Féminicide, un phénomène banalisé et mis sous silence par les autorités

 

Les médias sont également coupables. En effet, la question du féminicide est largement délaissée au profit des querelles politiques de bas niveau. Seuls quelques-uns, dont Hoa, font l’exception - et sans prétention, car ce sont des faits -. Il reste une minorité face à une majorité silencieuse. D’où l’intérêt de poursuivre le combat et la sensibilisation, même à petite échelle, à notre échelle, dans l’espoir de changer les mentalités, même si cela devait prendre des années. Le combat contre les violences faites aux femmes et le féminicide est long et périlleux.
Fakhri Khlissa 

Tunisie | Un premier ministre à l'ouest et un pays à la dérive

Crise économique, crise sanitaire, violences policières, passivité politique...pendant longtemps ...

Les Meilleures Innovations En Matière De Tech Et De Jeux En 2021

De nombreuses innovations sont faites constamment pour améliorer notre vie, et ce de nombreuses ...

Bonne nouvelle : Le restaurant Seaside de l'hôtel TUI Blue ...

On en parlait déja l'an dernier, le restaurant Seaside de l'hôtel TUI Blue Oceana nous ...

BMW COLLECTION, les BMW Série 2, Série 3 et Série 5 proposées en ...

Marquée par son exclusivité et son design unique, l’Edition BMW Collection offre une panoplie ...