Hoa مع Heya

04 Mars 2021

Tunisie | Un système autoritaire et conservateur en guerre contre sa jeunesse

Tunisie | Un système autoritaire et conservateur en guerre contre sa jeunesse
S’il y a bien quelque chose que l’on pensait réellement avoir acquise après la Révolution du 14 janvier 2011, c’est bien la liberté d’expression. “L’État garantit aux citoyens et aux citoyennes les libertés et les droits individuels et collectifs. Il leur assure les conditions d’une vie digne”, lit-on dans l’article 21 du chapitre II de la “meilleure” Constitution sortie au monde. “Les libertés d’opinion, de pensée, d’expression, d’information et de publication sont garanties”, lit-on encore dans l’article 31 du même chapitre. Visiblement, c’est manqué ! Arja3 ghodwa pour le respect des libertés. 
La preuve ? En Tunisie, si on te juge gênant, différent ou contre le gouvernement, tu deviens un nuisible, un hors la loi ou, pis encore, un “casseur”. Hedhi haja chofneha lors des récentes manifestations contre le gouvernement de Hichem Mechichi du 23 janvier 2021.
Un impressionnant dispositif sécuritaire a été mis en place dans la capitale. Fakrouna fi ayamet ethawra et on avait cru qu’un attentat terroriste allait avoir lieu. Pas du tout : el houkouma kenet khayfa d’une jeunesse jugée “coupable” pour avoir voulu exprimer son désarroi et son opinion contre le pouvoir. En d’autres termes, le gouvernement avait tout simplement peur de sa jeunesse. 
Le constat est sans appel et il est alarmant : plus que jamais, la liberté d’expression et les libertés individuelles sont menacées. On te place en garde à vue si on te voit dans une manifestation populaire, tekel lekfouf w triha behia, si tu résistes.
Le cas de Rania Amdouni, militante féministe LGBTQ+
Vous voulez une autre preuve ? L’arrestation de Rania Amdouni, une artiste féministe de la communauté LGBTQ+. La jeune femme mawkoufa depuis la fameuse “marche nationale” d’Ennahdha du samedi 27 février 2021. Victime de dénigrement et d'accusation portant atteinte à son image, elle a décidé de porter plainte auprès de la police à cause de cette campagne de dénigrement. Résultat des courses ? On l’a arrêté pour “atteinte à la morale publique”. Hédhi héya : Jit taléb walit matloub. 
On n’est pas obligé de partager l’opinion de Rania Amdouni ou les opinions de quiconque. On a juste besoin de faire preuve de raison et d’humanité.
Or, non seulement on a bafoué le principe constitutionnel et fondamental de la liberté d’expression, mais aussi celui de la tolérance. Rania Amdouni n’est qu’un exemple et, malheureusement, d’autres exemples ont été observés dans le passé et il y en aura certainement d’autres.
 
A qui la faute dans tout cela ? El houkouma ? Certainement. Le législateur ? Certainement. Avant le dernier remaniement ministériel controversé opéré par Hichem Mechcihi, on avait un département ministériel chargé des Droits de l’Homme et des relations avec la société civile. Même s’il n’était qu’un décor, on pouvait au moins se rassurer d'avoir un ministère des Droits de l’Homme fi Tounes.
 
Aujourd’hui supprimé, or, plus que jamais, on en a besoin. Bref, tant que ces mêmes têtes, avec leurs mêmes pensées, leur corruption et leurs idéologies conservatrices, rétrogrades et profondément antidémocratiques, resteront au pouvoir fi Tounes, hata chay mehou bech yetbadel : crise économique, sociale… ou encore dans la violation des droits fondamentaux et de la liberté d’expression.
 
Fakhri.K

Un festival unique débarque en Tunisie: Whale's movement

  WHALE est plus qu'un festival.C'est un mouvement pluridisciplinaire réunissant plus ...

Le complexe Yüka fête ses 5 ans de joie et d'amour

 Yüka c'est un peu cette maison qui symbolise la fête.  On y démarre nos before de ...

Comment pirater un compte Facebook

Pas besoin d’être un hacker expérimenté pour avoir accès au compte Facebook d’une autre ...

Comment les défenseurs sont devenus des joueurs emblématiques du ...

Dans l’histoire du football, force est de constater que le poste de défenseur a connu ...

Liste des mensonges dans un couple isalkouhélék

Messieurs, voici le meilleur du pire de votre babillage amoureux