Auto & Sport

10 Mai 2020

Six pack | Cette salle propose des cours de CrossFit sur Zoom !

Six pack | Cette salle propose des cours de CrossFit sur Zoom !

©MO Photography by Mohsen Ben Cheikh 

A l'arrêt depuis mi-mars, les salles de sport subissent de plein fouet les conséquences du confinement. Et bien qu'aujourd'hui, le déconfinement a été fait, notre pays vit encore au ralenti et l'ouverture des salles de fitness et des clubs ne sera pas envisageable avant le 24 mai. 

Notre rédaction a eu un entretien aussi riche que motivant avec le fondateur de Crossfit La Marsa, M.Foued Khiri. 

Crossfit et fitness, deux disciplines égales face au déconfinement ?

"Il faut savoir que le crossfit est différent du fitness. Le WOD (workout of the day) est adapté à tous puisqu'il y a des "options" pour chaque mouvement mais au-delà de l'aspect technique, il faut savoir que dans la box -lieu où l'on pratique le crossfit- le nombre de coachés est réduit" et la raison en est évidente puisque "le coach doit suivre et encadrer CHAQUE adhérent afin qu'il maîtrise le ou les mouvements et d'éviter, ainsi, tout risque de blessure". Contrairement à une salle de sport classique, dans une "box", le nombre d'adhérents est limité. Ce point, aujourd'hui positif, facilite la distanciation physique, condition sine qua non pour assurer la sécurité des abonnés. 

Mais ce n'est pas pour autant que le club est resté ouvert. "On était les premiers à fermer le club et à suspendre les abonnements. La santé de nos adhérents a toujours primé sur tout le reste." Comme le rappelle le coach. 

A LIRE : LE CROSSFIT, UN SPORT EXTRÊME ET BRANCHE

 Confinement et système D

Quid de la baisse de motivation "évidente" qu'a connu la plupart des confinés ? " Là encore, on a pensé à tout. On a continué à proposer des cours sur nos pages FB et Instagram ainsi que des WOD sur la plateforme ZOOM. L'avantage avec Zoom c'est qu'on a "retrouvé" nos anciens adhérents en France et aux Etats-Unis. Avec le digital, les workout ont dépassé la sphère géographique et ces retrouvailles nous ont fait du bien ." Le responsable insiste aussi sur l'aspect communautaire du crossfit. "Certes, le crossfit fait la part belle à l'ensemble des dix capacités physiques du corps humain à savoir l'endurance cardio-vasculaire et musculaire, la souplesse, la mobilité, l'agilité, la force, la puissance, l'explosivité, l'équilibre, la précision et la coordination mais c'est surtout un mindset qui a pour assise l'entre-aide et le partage" Ainsi, depuis le confinement, notre "famille" est restée aussi soudée voire, elle s'est élargie et nos liens se sont consolidés. En suivant nos abonnés dans une période aussi sensible soit avec le sport soit en les appelant quotidiennement, on a, in fine, appliqué la philosophie du crossfit."

FB: Crossfit La Marsa

Une belle leçon d'espoir en somme qui nuance une réalité moins "rose". "Oui, on galère et la fermeture du club n'est pas sans conséquences sur nos finances mais on n'est pas les seuls à ramer et sincérement, quand je vois l'évolution de notre communauté, son mental de warrior et sa motivation, je garde espoir."

Et en parlant de finances, qui soutient ces guerriers modernes ? Les gladiateurs des barres fixes et les spartiates du muscle-up ? "on négocie avec les banques pour, éventuellement, des prêts mais c'est le flou. D'autant plus que la date du 24 mai est très ambigue. Est-on prêt à ouvrir ? Comment va-t-on faire ? Quels sont les protocoles sanitaires auxquels on doit s'astreindre pour garantir une reprise "safe" ? On n'en sait rien. Donc, pour l'instant, on s'en tient au digital en attendant d'avoir une vision claire sur l'évolution des choses."

 Doit-on comprendre que cette année, on va zapper le summer body ? 

Avec une approche aussi holistique que celle de la Crossfit La Marsa, le "summer body" est garanti ! En effet, "si vous allez suivre nos WOD tout en veillant à manger sainement, vous allez vous sentir mieux dans votre corps mais surtout dans votre esprit." Et pour étayer ses propos, M.Foued s'inspire du... confinement ! "On n'a jamais eu autant de temps pour s'entraîner et pour cuisiner. Désormais, on mange moins de produits transformés au profit du fait-maison. Et quand bien même on mangerait plus, on mange mieux et forcément, ce changement d'habitude se répercute tout de suite sur notre silhouette."

Toutefois, "le plus important, c'est de garder le moral, d'où le rôle joué par nos clubs en proposant des WOD interactifs. Après, l'esthétique n'est que la conséquence de toutes ces bonnes habitudes."

Et si grâce au COVID-19 on révolutionnait notre façon d'aborder le sport ? Loin de nous décourager, cet entretien sonne comme une ode à l'espoir et au renouveau. 


Fatma SG