Way Of Life

02 Décembre 2020

C'est prouvé ! Le cannabis est un antidépresseur

C'est prouvé ! Le cannabis est un antidépresseur

Parue en 1992 sous le régime de Ben Ali, la loi 52 punissait les consommateurs du cannabis d’un an de prison ferme ainsi qu’une amende allant à 1 000 dinars mais grâce au soulèvement de la société civile et de certains avocats luttant pour la cause comme Ghazi Mrabet, l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) l’a modifié le 25 avril 2017 permettant ainsi aux juges d’apprécier au cas par cas les circonstances atténuantes pour tout inculpé.

Toujours sous l’emprise des tabous, des mythes bidons et surtout des lois obsolètes, le cannabis se présente en Tunisie comme un monstre farouchement tenace à l’encontre de l’Etat .

Hoa a décidé de vous mettre au parfum (arôme exquis) les effets du cannabis sur votre cerveau en épluchant ce genre botanique tissu par tissu tout en vous suggérant un Netflix and chill, en cette période de confinement, qui promet d'être high.

 

1/ Endorphine ya mon amour

Dans notre cerveau, il y a des cellules appelées neurones (Coool) , celles-ci sont responsables de la transmission des signaux qui se convertissent en pensées, souvenir et émotions. En consommant du cannabis, ce mécanisme change de cheminement, notre humeur et perception du temps n’est plus la même car en nous injectant une dose de THC, l’endorphine sort de sa tanière (surtout après une bonne journée laborieuse) cela nous crée un sentiment de bien-être sur plusieurs plans. Nos sens se réveillent et coopèrent magnifiquement avec les couleurs, la lumière, la musique et le goût.

 

2/ Jawek behi

Connu pour ses bienfaits calmants, le chanvre indien a bel et bien fait ses preuves depuis la nuit des temps. En effet, d’après une étude mené au centre de recherche Fernand-Seguin au Canada, un doctorant nommé Francis Bambico a réussi à prouver l’effet antidépresseur du cannabinoïde (CBD pour les connaisseurs).

via GIPHY

En administrant des petites doses sur des rats, les chercheurs du centre ont constaté le même effet que celui des produits pharmaceutiques luttant contre la dépression laissant alors entendre que le cannabis possède des propriétés médicinales propre au besoin humain en sérotonine pour les cas dépressifs et anxieux.

 

3/ Plus productif tu seras

Vous ruminez tout le temps ? stressé et souvent pensif ? le cannabis utilisé avec modération (nrakzou ala modération) peut améliorer votre efficacité et augmenter votre concentration.

Cela dépend bien évidemment de la personne en question, car une forte dose de THC peut tout à fait renverser votre bateau déjà en naufrage et tout basculer si vous souffrez de troubles d’anxiété ! La main verte n’est pas donné à tout le monde.

 

4/ Le cannabis facteur d’amélioration des sociétés

Selon Sensiseeds, magazine spécialiste de la culture high, le cannabis permet aux consommateurs (toujours avec modération) de vivre dans l’instant, cela vous guide à apprendre à vous connaître en stimulant la vision, la créativité, le plaisir amoureux et l’empathie ( Le R Ê Ê Ê V E).  Par ailleurs et d’après la même source, dans la ville de Denver au Canada les statistiques prouvent une baisse du nombre d’homicides après la légalisation du cannabis (53% comparé à la même période de l’année précédente) ainsi que celui des crimes sexuels de 13.6%. Fumez cette herbe, c’est mes cheveux !

 

5/ Forte consommation = destruction du système nerveux. A I E 

 On peut tous l’admettre, c’était trop beau pour être parfait. Cette feuille a des effets secondaires, parfois irréversibles pour certains. 

Variable d’une personne à une autre, l’effet du « Hashich » sur le système nerveux agit parfois dans un sens tout à fait maladroit en perturbant la coordination et le fonctionnement de plusieurs neurones en les entrainant à long terme vers leurs morts. A forte dose, la mémoire se détériore et notre motivation se remet en doute puis à l’échec.

Un point en commun avec le tabac, le cannabis dilate les bronches et augmente un grand risque d’infection pulmonaire au fil du temps.

Il faut strictement rappeler que la consommation du cannabis durant l’adolescence est fortement désapprouvée par les spécialistes en psychotropes, selon ces derniers, le risque de nourrir des symptômes de maladies graves telles que la schizophrénie.

 

Vous l'avez compris, le cannabis n'est pas si diabolique à condition d'en faire bon usage. Et surtout, prenez soin de vous!

 

Ghazi Arfaoui 

Huawei Seamless AI, la promesse de l'interconnectivité pour ...

A nos jours, les utilisateurs sont toujours entourés d'écrans et ...

Conseils pour sauver son mois de Janvier !

"On ne peut pas être et avoir été. Mais si ! On peut avoir été un imbécile et l’être ...

Top 10 des lois insolites sur le sexe

Voici les "perles" des lois sur le sexe all over le globe terrestre

Comment connaître la limite entre drague et harcèlement ?

On ne vous le répétera jamais assez: Non c'est non

Mariages consanguins en Tunisie : Entre dangers et tradition

Loin d'être désuète, cette pratique existe encore en Tunisie...