Way Of Life

03 Mai 2021

Who's Hoa ? | Nidhal Saadi, l'acteur qui trace sa route

Who's Hoa ? | Nidhal Saadi, l'acteur qui trace sa route

Hoa vous partage notre rencontre avec ce talent capable de faire rire des deux côtés de la Méditerranée mais aussi d'évoluer dans des rôles qu'il joue à la perfection !  
 
On s'attendait à quelques vannes, mais Nidhal Saadi reste dans la réserve. C'est avec sérieux - tout en mélangeant un peu les dates - que le comédien revient sur son parcours court mais intense.

©Facebook Nidhal Saadi 


Né en 1988 à Menzel Bourguiba, Nidhal Saadi a vécu la première partie de son enfance à Tunis. A 10 ans, sa famille part s'installer à Paris, son père ayant obtenu un poste à l'Organisation internationale de la Francophonie. L'arrivée en France est difficile : « J'avais de grosses lacunes au niveau de la langue. » Ses camarades se moquent de lui, alors Nidhal fait le pitre : « J'ai appris à tourner mes difficultés de façon humoristique. On riait ensemble plutôt que contre moi. Le rire était une arme pour me faire accepter. » Déjà en Tunisie, il aimait faire des imitations ou des mini-sketchs pour distraire sa famille. « La classe est devenue un terrain de jeu, je testais mes vannes. J'avais une audience tous les jours, rien que pour moi », raconte Nidhal Saadi pour qui pitre ne rime pas avec cancre. Le Tunisien saute une classe et se révèle bon élève : « J'étais toujours présent, j'adorais l'école et plus particulièrement la physique et la chimie, ce qui est toujours le cas. »


 « Le talent ne suffit pas. Je n'avais pas la technique, le rythme. Il faut peaufiner, choisir le bon mot et être efficace. Moi je parlais 3 minutes pour sortir une vanne »



A 18 ans, le contrat de son père s'achève et c'est le retour en Tunisie. Un nouveau traumatisme pour le jeune homme : « Je me suis senti déraciné une deuxième fois. J'avais un peu oublié l'arabe. J'ai dû tout recommencer depuis le début. » Il reste trois ans, le temps de faire une licence, puis retourne à Paris. « J'avais perdu de vue tous mes amis, je me suis retrouvé seul. » Il travaille un an comme coordinateur commercial dans un hôtel, puis se lance dans un master management des entreprises.
C'est lors de la deuxième année de ce master qu'il a un déclic : « Je me suis dit que dans moins d'un an, je serai un cadre, installé dans la vie active pour les 30 prochaines années... et que je n'aurais jamais essayé de réaliser le rêve que j'ai depuis mes 6 ans. » Nidhal Saadi se décide à tenter sa chance.


Le beau brun à la barbe savamment taillée commence par un café-théâtre de Ménilmontant. Sa première prestation, sur ses « conneries à l'école » plaît. On lui donne rendez-vous une semaine plus tard. Cette fois, il parle du réveil. C'est un bide complet, personne ne rit. « Le talent ne suffit pas. Je n'avais pas la technique, le rythme. Il faut peaufiner, choisir le bon mot et être efficace. Moi je parlais 3 minutes pour sortir une vanne », juge aujourd'hui l'humoriste.


Nidhal Saadi s'accroche. Il postule à toutes les émissions télé pour se faire connaître : les Z'amours – alors qu'il est célibataire -, Master chef – alors qu'il ne connaît rien à la cuisine-, La France a un incroyable talent... Finalement, seul « On n'demande qu'à en rire » (ONDAR) lui répond positivement : « Je pense qu'ils prenaient de temps en temps un quota de débutants pour que ça se passe mal... Ils ont dû me prendre pour cela car la vidéo que je leur avais envoyée n'était pas drôle. » Pourtant, le premier passage dans l'émission se passe bien, il obtient même 17 du côté du public. Les prestations s'enchaînent, Nidhal ne sera pas éliminé et restera jusqu'à la fin de l'émission. Pourtant, il reconnaît : « Quand je revois les vidéos sur Internet, j'ai envie de les faire supprimer. Elles ne sont pas drôles. » Très présent sur France 2 grâce à cette émission, Nidhal Saadi souhaite attirer le soutien de ses compatriotes. En 2014, à une époque où la destination Tunisie est déjà en perte de vitesse, son sketch « Trouver un lieu de vacances sans danger » fera un buzz en Tunisie. « Le passage sur la Tunisie n'était pas drôle, mais il a été écrit avec mes tripes  » estime Nidhal Saadi.


Lorsque ONDAR s'arrête en 2014, l'humoriste se « retrouve sans rien » : « Cela a été une période très difficile, surtout financièrement. J'ai travaillé dans le bâtiment, installé de la fibre optique, j'ai été livreur de pizzas... Il y a même eu un moment où je ne savais pas où dormir. »  C'est la Tunisie qui le sortira de l'eau : « un producteur m'appelle et me propose de jouer dans la série « Maktoub » ». C'est une renaissance. Parallèlement au tournage, Nidhal Saadi commence à écrire son premier one-man-show en français. L'année suivante, il joue un des rôles principaux, celui de Bayrem, dans « 
Awled Moufida », dont la première saison est diffusée pendant Ramadan 2015. Ces séries lui permettent de financer une formation de deux mois à Paris.


Nidhal Saadi lance ensuite son spectacle autobiographique « Diplomatiquement incorrect ». Il parcourt la France, attirant Français, Tunisiens et spectateurs de ONDAR. L'acteur continue de jouer dans « Awled Moufida ». En 2017, il obtient le prix du meilleur acteur du Mosaïque FM Romdhane Awards. Sa carrière se développe plus largement sur le continent africain après sa participation au Jamel Comedy Club Maroc
 où il rencontre un franc succès qui lui ouvre les portes d'une tournée dans le royaume et en Afrique subsaharienne. Celui qui se décrit comme un « Arficaniste ou un amoureux de l'Afrique » fait sensation en Côte d'Ivoire, notamment parce qu'il maîtrise l'argot local, le Nouchi, grâce à un ami d'enfance : « On me propose alors de participer à une émission, « Le parlement du rire », diffusée dans une dizaine de pays. »


Les propositions s’accumulent. Le producteur tunisien Nejib Belkadhi propose à Nidhal de prendre sa place pour animer « vendredi tout est permis ». L'acteur joue le rôle principal du film « Regarde-moi » qui fait un carton. Nidhal Saadi sera d'ailleurs récompensé du prix du meilleur acteur au festival de Marrakech. Ses yeux brillent lorsqu'il évoque Robert De Niro, Monica Bellucci et tous les grands noms qu'il a pu croiser à cette occasion : « c'était magique ».


A lire sur le même sujet : Who's Hoa ? Les frères Montacer 



Après tout ce temps passé en Tunisie, il se sent beaucoup plus à l'aise avec l'arabe et se lance dans la rédaction d'un nouveau one-man-show, en tunisien cette fois. « J'ai mis « pause » sur la France et je me concentre sur la Tunisie » explique-t-il. En ce Ramadan 2021, Nidhal fait partie du quotidien de milliers de Tunisiens, il joue le rôle principal dans le feuilleton El Foundou. Si il réussit le jeu d'acteur avec brio, Nidhal reste tout de même l'incarnation de la détermination et du travail acharné tout en restant fidèle à lui même, en parcourant son parcours, on ne peut que lui dire bravo ! 
 

Maryline Dumas  

 

Tunisie | Un premier ministre à l'ouest et un pays à la dérive

Crise économique, crise sanitaire, violences policières, passivité politique...pendant longtemps ...

Les Meilleures Innovations En Matière De Tech Et De Jeux En 2021

De nombreuses innovations sont faites constamment pour améliorer notre vie, et ce de nombreuses ...

Bonne nouvelle : Le restaurant Seaside de l'hôtel TUI Blue ...

On en parlait déja l'an dernier, le restaurant Seaside de l'hôtel TUI Blue Oceana nous ...

BMW COLLECTION, les BMW Série 2, Série 3 et Série 5 proposées en ...

Marquée par son exclusivité et son design unique, l’Edition BMW Collection offre une panoplie ...